Le diabčte

 
     
    Les différents type de diabète I Diabète et alimentation I Traitement médical  
     
 
En 1998, 143 millions de personnes à travers le monde étaient diabétiques. Et si l'on en croit les prévisions, on comptera 300 millions de malades en 2025. Le diabète est une maladie grave qui, en l'absence de traitement approprié, peut être à l'origine de maladies cardiaques, de cécité, d'impuissance, voire d'amputations. Se caractérisant par un excès permanent de sucre dans le sang, le diabète peut résulter de nombreux facteurs génétiques et environnementaux agissant de concert. Au centre de cette maladie chronique : des carences en insuline, cette hormone indispensable à l'utilisation du sucre par les cellules de l'organisme.

Cette maladie chronique persiste toute la vie. La prise en charge correcte de la maladie par le patient lui-même, avec l'aide de son médecin, doit permettre d'en éviter les complications. Le diabète est responsable de mauvais états de santé et des décès prématurés.

Les deux grands types de la maladie

Type I
 
Type II
- Le diabète de type I, insulino-dépendant (DID) aussi appelé diabète "maigre" car l’un des premiers symptômes est l’amaigrissement, ou "juvénile" parce qu’il touche des sujets jeunes.

- Il compte pour environ 10 % des cas et il est traité obligatoirement par l’insuline.

  - Le diabète de type II, non insulino-dépendant (DNID), aussi décrit sous le nom de diabète "gras" ou diabète de la maturité, puisqu’il survient souvent autour de la cinquantaine chez des personnes en surpoids.

- Il compte pour environ 90 % des cas et il est traité par régime, plus médicaments pris par voie orale si nécessaire, et éventuellement insuline, après quelques années d’évolution.

Pourquoi ce déséquilibre en sucre ?

Le diabète est un trouble de l'assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Lors de la digestion, les aliments que nous mangeons sont transformés pour une part en sucre, carburant indispensable aux cellules de l'organisme pour fonctionner. C'est l'insuline, une hormone produite par le pancréas, qui régule la quantité de sucre stockée ou "brûlée" dans les cellules. Après avoir traversé la paroi intestinale, le sucre se retrouve dans la circulation sanguine, augmentant la glycémie. Ce signal est détecté par des cellules particulières du pancréas (les cellules bêta des îlots de Langerhans), qui sécrètent alors de l'insuline. La présence d'insuline dans le sang est elle-même perçue par les cellules du foie, des muscles et des tissus graisseux, qui en réponse se mettent à consommer le glucose ou à le stocker pour un emploi ultérieur. D'où un retour à la normale du taux de sucre dans le sang.


Rôle de l'insuline dans l'absorption du glucose par la cellule

Personne non diabétique

1 - Libérée par le pancréas, l'insuline permet l'absorption du glucose par les cellules. Pour ce faire, elle se lie à un récepteur spécifique de la cellule qui active une protéine de surface dont le rôle est le transport du glucose vers l'intérieur.
2 - Via ce transpoteur activé, le glucose pénètre dans la cellule où il est converti en énergie,
3 - Le taux de glucose sanguin (glycémie) reste ainsi stable.

Personne diabétique

4 - L'insuline est produite en quantité insuffisante (diabète de type I) ou ne peut se lier à son récepteur (diabète de type II) laissant le transporteur inactif
5 - Le glucose ne pénètre pas dans la cellule et reste dans la circulation sanguine. Le taux de glucose n'est pas régulé.


Le diabète est causé par une insuffisance de sécrétion et/ou d'action de l'insuline. Que les cellules du pancréas soient détruites (diabète insulino­dépendant du sujet jeune) ou épuisées par une alimentation trop riche et une prédisposition génétique (diabète gras du sujet adulte), et le manque d’insuline empêche le bon passage du sucre depuis le sang vers les tissus. La glycémie reste alors à niveau trop élevé après les repas.

Diagnostic

La glycémie normale est inférieure à 1,10g/l à jeun et inférieure à 1,40 g/l après un repas.
Le diabète est défini par une glycémie à jeun supérieure à 1,26 g/l à deux reprises.
La glycosurie est la présence de glucose dans les urines; elle apparaît quand la glycémie est supérieure à 1,8 g/l.
Entre ces deux cas de figure, il y a une situation intermédiaire pour indiquer une forte prédisposition à devenir diabétique.